Le Journal de Canta -#1 La blessure et les premiers diagnostics

SANTE

Le Journal de Canta -#1 La blessure et les premiers diagnostics

Au travers de cet article nous avons choisi de mettre en lumière l’histoire d’un duo formé par Lucie, cavalière et heureuse propriétaire de Cantanabab, une jeune jument de CSO (Rubis Rouge x Nabab de Rêve).

 

Lucie a vu naître, grandir et évoluer Canta au fur et à mesure des années avec pour objectifs pour cette nouvelle saison de poursuivre en AM 1 et de débuter l’AM Elite. 

 

Mais c’était sans compter sur un mauvais coup du sort qui va venir perturber la préparation de la saison et les ambitions du couple.

 

 

Le 9 novembre 2019 - Alors qu’un entraînement est prévu, Lucie - toujours très à l’écoute de sa jument - note une légère boiterie à gauche et préfère annuler la séance et faire appel à son maréchal. Après plusieurs jours d’une nouvelle ferrure, la boiterie persiste, la jument reste raide ; le vétérinaire intervient alors pour un examen orthopédique qui met en lumière un hématome du pied droit. La boiterie à gauche serait donc due au phénomène de compensation. Un protocole anti inflammatoire ainsi que l’application de pansement à l'acide borique et 10 jours de marche exclusive est mis en place. Afin de palier à l’engorgement lié à son inactivité, Lucie applique les guêtres Capsular de façon régulière. 

 

“ Je m’effondre sur le coup, puis je relève la tête”

 

Le 28 novembre - 12 jours passent après la fin du traitement et l’examen de suivi est sans appel : la jument est toujours boiteuse, l’hématome toujours présent et on découvre que la jument est atteinte du syndrome naviculaire*. 

Lucie : “Je m'effondre sur le coup mais je relève vite la tête, j'ai géré la carrière sportive d'une jument naviculaire (sa mère) je serai capable de faire pareil voire mieux avec elle au vu de toutes les avancées techniques que l'on a aujourd'hui - cependant le doute subsiste sur la réelle raison de sa boiterie - ma jument ne boite pas en pince comme sa mère le fait”.

 

 

Le 5 décembre - la décision est prise de faire appel à un vétérinaire spécialisé en orthopédie afin d’obtenir un diagnostic plus poussé. Ce dernier, à distance, note sur les premiers clichés une fracture du processus palmaire. La jument est remise à l’arrêt avec uniquement une marche en main jusqu’au passage du spécialiste.

L’histoire se répète puisque 15 ans auparavant c’est à la suite d’une fracture de la phalange du pied que la mère de Canta avait révélé son syndrome naviculaire. 

Le Journal de Canta -#1 La blessure et les premiers diagnostics

“Un nouveau diagnostic tombe” 

 

Le 18 décembre - La jument est encore boiteuse lorsque le vétérinaire orthopédique se rend sur place afin d’effectuer un examen radiologique plus poussé. Mais un nouveau diagnostic tombe : la 3eme phalange du pied est cassée, la fracture est visible sur le côté droit des images.

 

Un protocole très précis est alors mis en place afin de limiter l’inflammation et la douleur, mais aussi pour favoriser la cicatrisation. 

Un arrêt strict au box est imposé avec uniquement des sorties de 15-20mn en main pour brouter, des séances de laser régulières pour entamer la cicatrisation, couplées à des anti-inflammatoires afin de soulager les douleurs. Une ferrure orthopédique est posée et une utilisation des guêtres Capsular permet d’améliorer la résorption des œdèmes qui diminuent au fil du temps. 

Dans son cas c’est aussi le moral qu’il faut préserver, Canta est une jument de compétition regorgeant d’énergie, elle doit apprendre à se canaliser, à être patiente et à ne pas tomber dans l’ennui. Pour cela Lucie met en place des jeux dans son box, une pierre à sel et un passage régulier au cours de la journée de sa mère (gérante des écuries) pour la stimuler socialement.

 

Le Journal de Canta -#1 La blessure et les premiers diagnostics

Mi-janvier - Les examens montrent que la cicatrisation prend plus de temps que prévue, la boiterie s’est même accentuée. 

Retour à la case départ, 4 mois d’arrêt sont ajoutés au temps déjà écoulé. Pour Lucie c’est un crève-cœur de voir sa jument souffrir mais elle sait que seule la patience paiera. C’est donc reparti pour un protocole de soins drastique : 15mn de sortie sur sol mou uniquement, une infiltration d’acide tiludronique, toujours du laser et la seconde pose d’une ferrure orthopédique.

 

Le Journal de Canta -#1 La blessure et les premiers diagnostics

Le 10 février - L’heure du bilan pour ce début de parcours ; la boiterie s’est atténuée et Canta est droite 4 foulées sur 5. Aux radios la cicatrisation est positive et évolue dans le bon sens, sans aucune compensation à gauche. Une première étape encourageante pour son rétablissement et enfin une nouvelle positive pour Lucie. 

Les feux sont au vert pour entamer la rééducation : un travail au pas 30mn pendant 1 mois, d’abord sur une seule piste avec des exercices de flexions et de cercles ainsi que des lignes droites sur sol mou dans le manège. 

Pendant cette période de “confinement”, Canta a appris à se canaliser, elle qui jusqu’alors regorgeait d’une énergie qui pouvait lui porter défaut. Elle se repose et développe une capacité de préservation impressionnante.

 

 

Le 11 février - Afin de soulager Canta et rééquilibrer ses énergies, Lucie met en place un suivi shiatsu tous les 3-4 mois. Les séances lui permettent de se sentir mieux dans son corps et notamment du côté ovarien, cervicales et garot qui sont ses points clés.

C’est un moment privilégié pour Canta qui se laisse complètement manipuler et se livre à 100%.

 

Le 16 mars - Les examens mensuels mettent en lumière un processus de cicatrisation positif, une boiterie nettement diminuée malgré une légère inflammation due à une fin de ferrure. Une reprise progressive au trot est autorisée : 1mn par jour en plus des 30mn de pas et l’ajout progressif d’1mn de trot tous les 4 jours. 

La crise sanitaire et le confinement ont quelque peu perturbé la rééducation de Canta qui est tout de même pris en charge et suivi directement par ses écuries.

 

Le Journal de Canta -#1 La blessure et les premiers diagnostics

Et après ? 

Nous allons désormais vous faire vivre de façon hebdomadaire les progrès de Canta, son suivi de rééducation et réaliser leur objectif 2020 : galoper sur la plage.

Restez donc connectés !


 

 

 

*Syndrome naviculaire : Il correspond à des lésions non seulement de l'os naviculaire mais aussi des tissus mous environnants (tendons, ligaments, bourse) / Source IFCE https://equipedia.ifce.fr/sante-et-bien-etre-animal/maladies/appareil-locomoteur/syndrome-naviculaire.html