Durée de vie d’un cheval : espérance de vie et soins

durée-de-vie-d-un-cheval-espérance-de-vie-et-soins

Vous vous demandez quel est l’âge maximum d’un cheval ? Comment meurt un cheval de vieillesse ? Dans cet article, nous verrons quel est le bon âge pour mettre un cheval à la retraite. Vous découvrirez également où mettre votre cheval à la retraite.

Dans cet article, vous allez découvrir :

  • Combien de temps peut vivre un cheval ;
  • L’histoire du cheval le plus vieux de France ;
  • Les problèmes de santé des vieux chevaux.

La durée de vie moyenne d’un cheval est de 35 ans. Certains chevaux peuvent atteindre les 50 ans.

Quel est l’âge maximum d’un cheval ?

Ces dernières décennies, l’espérance de vie des chevaux s’est grandement allongée. Dans le passé, on estimait que 25 ans était déjà un bel âge pour un cheval. Aujourd’hui, grâce aux bons soins apportés par les éleveurs et les propriétaires, beaucoup de chevaux atteignent les 35 ans.

Il existe de plus une exception : les chevaux de trait, comme les Percherons, peuvent atteindre les 50 ans !

Ainsi, l’espérance de vie moyenne des chevaux se situe entre 20 et 35 ans. Mais tout dépend également de la race et de la taille. Il est ainsi presque impossible d’estimer précisément l’espérance de vie d’un cheval, chaque cas étant particulier.

Les poneys et petits chevaux, comme des races Islandais et Fjord, peuvent atteindre les 30 à 35 ans. Cela s’explique par un développement plus lent, ces chevaux étant matures plus tardivement.

Les grands chevaux vivent en général un peu moins longtemps, entre 20 et 30 ans. Les races à sang froid, c’est-à-dire d’origine européenne et sans aucun croisement avec une race pur-sang ou Arabe, ont une espérance en moyenne un peu plus courte, c’est-à-dire 16 à 18 ans.

À l’inverse, des races à sang chaud ou pur-sang vivent en moyenne un peu plus longtemps, au moins 25 ans.

quel-est-l'âge-maximum-d'un-cheval

Le cas des chevaux sauvages est également particulier. Descendants de chevaux échappés de la captivité, ils sont tout de même assez rares.

En raison de leur vie dans la nature et après des siècles de sélection, certains estiment qu’un cheval sauvage peut dépasser les 35 ans d’espérance de vie. Cependant une étude menée sur les ossements démontre qu’ils ont une espérance de vie de 15 à 20 ans.

Selon l’emploi, la moyenne d’espérance de vie peut être réduite, par exemple chez les chevaux de course ou de concours professionnels, principalement en raison du stress et des conditions sportives accumulées tout au long de leur vie.

On estime qu’une année de vie pour un cheval équivaut à 3,5 années de vie humaine. Ainsi, on considère qu’un cheval est vieux à partir de 20 ans, en moyenne. Cela ne signifie pas que tous les chevaux de plus de 20 ans sont vieux. Il s’agit bien sûr d’une estimation, car beaucoup de chevaux sont encore en pleine forme à 20 ans. La santé du cheval, sa condition physique, sa race, tout cela influe sur son espérance de vie.

Comment meurt un cheval de vieillesse ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’il est très rare qu’un cheval meurt véritablement de vieillesse, comme on pourrait l’entendre. Comme chez les humains, les chevaux meurent des suites d’une affection ou d’une maladie.

Ainsi, une étude réalisée en 1997 chez les vétérinaires (source) relevait que seulement 0.6% des chevaux mouraient réellement de vieillesse.

Arrivé à un âge avancé, la plupart des chevaux meurent ainsi principalement de coliques, dans la majorité des cas. Chez les vieux chevaux, ces coliques sont causées par des tumeurs graisseuses, ou des lipomes, qui provoquent des torsions et des obstructions du tube digestif.

Les cancers, lymphomes et tumeurs sont une cause de décès également très commune chez les vieux chevaux. Il s’agit là une affection malheureusement de plus en plus fréquente dans le milieu équestre, compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie des chevaux.

Une des causes principales relativement communes, est également les arrêts cardiaques, notamment chez les anciens chevaux de course.

Les fractures ou l’arthrose sont également des causes d’affections de la mobilité du cheval, ce qui en fin de vie présente une perte d’autonomie fatale.

Chez les femelles, une mise à la reproduction trop tardive présente un risque pour elles. Lors des mises bas il y aura un risque de rupture de l’artère utérine, ce qui est une cause de mortalité fréquente chez les vieilles femelles.

Enfin, les maladies infectieuses sont fatales pour environ 10 à 15% des chevaux, tout particulièrement dans les centres équestres où la densité de population est plus élevée.

Quel est le cheval le plus vieux ?

Le cheval le plus vieux de l’histoire serait mort en 1822, en Angleterre. Il a été appelé Old Billy par son propriétaire en raison de son grand âge. En effet, il a vu le jour en 1760, et a ainsi vécu plus de 62 ans !

Le record du plus vieux poney du monde est détenu par un poney mort à 56 ans. Sugar Puff était également un cheval anglais et était issu d’un croisement entre un poney Shetland et un Exmoor.

quel-est-le-plus-vieux-cheval

Photo d’Old Billy, wanderlord.com

Jusqu’à quel âge puis-je monter mon cheval ?

La plupart des propriétaires et cavaliers ont du mal à estimer quel est l’âge adapté de mise à la retraite du cheval. En effet, en s’en occupant au quotidien, il est difficile de savoir précisément quand il devient trop vieux pour le faire travailler.

De plus, tout dépend de l’activité et de la vie qu’a connu le cheval. Par exemple, nombre de chevaux de courses auront des problèmes articulaires dès l’âge de 12 ans environ, et ne pourront plus être montés sans les faire souffrir.

À l’inverse, des chevaux de loisirs et de randonnée pourront continuer à travailler et à être montés pour des sorties, même jusqu’à plus de 25 ou 30 ans.

En vieillissant, il faudra prendre garde à l’atrophie musculaire, qui concerne tous les chevaux qui prennent de l’âge. Un cheval trop affaibli ne pourra plus être monté. Dans le doute, demandez conseils à votre vétérinaire pour qu’il juge d’un regard professionnel les capacités physiques de votre cheval.

Dans tous les cas, un bon entretien physique avec un entraînement régulier est bénéfique, afin que le cheval conserve au mieux sa masse musculaire. Tout dépend du cheval et des soins apportés tout au long de sa vie en somme.

Cape-capsular-cushing

Quel est le bon âge pour mettre un cheval à la retraite ?

Comme évoqué plus haut, l’âge de départ à la retraite va dépendre de plusieurs critères, que nous pouvons estimer avec ou sans l’aide d’un vétérinaire. Tout d’abord, selon la vie qu’a vécu le cheval et son activité, il sera mis en retraite plus ou moins tardivement.

Nombre de chevaux de compétition et de course partent ainsi en retraite très tôt. Cela ne veut pas dire qu’ils partent en retraite, mais simplement qu’ils sont réformés de la course qui est un milieu très sélectif. Il connaîtra sûrement une autre vie par la suite.

À l’inverse, des chevaux de randonnée, aimés et bien soignés par leur propriétaire, pourraient travailler presque toute leur vie. De vieux chevaux sont même une force pour apprendre à monter aux enfants par exemple. Ces derniers étant légers et les vieux chevaux rompus à l’exercice, ce nouvel emploi semble tout indiqué.

Second critère, l’état de santé de votre cheval. Une blessure, une maladie, de l’arthrose, peuvent précipiter le départ à la retraite du cheval.

Ainsi, l’âge n’est pas un critère fiable pour estimer si un cheval est véritablement vieux ou non. Un problème de santé, comme de l’arthrose, sera un indicateur bien plus précis pour pouvoir décider de réformer un cheval et de le mettre à la retraite.

L’arthrose est très courante chez les vieux chevaux, et peut toucher une ou plusieurs articulations. À froid, avant l’effort, le cheval boite et montre des signes de douleurs. Une fois l’articulation échauffée, la douleur et la boiterie diminuent. Par temps froid et humide la boiterie est majorée.

quel-est-le-bon-âge-pour-mettre-un-cheval-à-la-retraite

Nous pouvons constater de nombreux signes cliniques chez les vieux chevaux. Ces affections témoignent de l’âge avancé de votre cheval :

  • Dos affaissé, avec garrot proéminent ;
  • Atrophie musculaire ;
  • Peau flasque ;
  • Cheveux gris autour des yeux, oreilles, bouche et front ;
  • Opacification des yeux ;
  • Perte de dents ;
  • Visage creusé ;
  • Lèvre inférieure tombante ;
  • Boiterie (causé par de l’arthrite ou une perte de poids) ;
  • Perte d’appétit et difficulté à mastiquer.

Avec ses signes de vieillissement que vous constaterez au quotidien, et avec les conseils de votre vétérinaire, vous estimerez quant il sera préférable de faire partir à la retraite votre cheval.

Par exemple, typiquement un ensellement important (un dos affaissé) remarqué chez un vieux cheval trop monté et fatigué encourage à lui offrir une retraite bien méritée.

Pour sa santé et sa longévité, réduire progressivement l’activité permet de le ménager. Il faudra y aller par étape pour ne pas provoquer une baisse de moral, voire de la déprime, en réformant du jour au lendemain votre cheval.

Où mettre son cheval à la retraite ?

Il existe plusieurs options pour la retraite de votre cheval.

La première possibilité est de le garder et de continuer à l’entretenir et le soigner jusqu’à la fin. Cette option à l’avantage de permettre d’assurer à son cheval la meilleure fin de vie possible, en était à ses côtés au quotidien. L’inconvénient principal est l’impact économique de cette décision, notamment si votre cheval était employé à travailler.

L’autre possibilité est de le mettre en pension chez un professionnel. Dans ce cas, la transition devra se faire en douceur, car le changement pourrait être brutal pour votre cheval. Tant physiquement que moralement, passer du travail à la retraite trop rapidement pourrait lui nuire.

Si votre cheval était en centre équestre mais qu’il ne peut y rester pour sa retraite, vous pouvez envisager de trouver un refuge, un club, ou un centre qui pourra recevoir votre cheval. Si vous n’avez pas la place chez vous, vous pouvez rechercher un pré à louer à proximité de votre domicile. À la condition que votre cheval ne s’y retrouve pas seul, cela peut être une bonne solution pour ses vieux jours.

Il sera également préférable de lui garantir pour sa retraite une vie au pré et en troupeau. Même retraité, votre senior a toujours un besoin vital de vie en groupe, avec d’autres chevaux. Choisissez un espace suffisamment grand, avec un abri et des points d’eau bien propres.

S’il vivait en box, la transition au pré devra se faire progressivement. Vous pouvez y aller par étape, d’abord pour de petites sorties, avec un second cheval avec qui il est ami, avant de l’introduire auprès de chevaux inconnus.

L’habitude veut que l’on déferre les sabots postérieurs, en prévention d’éventuels conflits entre chevaux qui ne se connaissent pas. De plus, soyez à jour des vaccins et vermifuges.

Attention cependant si le nourrissage se fait en groupe. Un vieux cheval, nouvellement arrivé dans le troupeau, pourrait avoir des difficultés d’intégration. Les rapports de dominance des anciens pourraient le mettre à l’écart et le priver de nourriture.

Dans ce cas, il peut être préférable de lui réserver un pré pour lui seul, avec un cheval ami. Rester à deux chevaux lui évitera la solitude tout en leur faisant créer de forts liens d’amitié pour le reste de leur vie.

Pour éviter toute déprime, conserver un lien avec d’autres chevaux et avec vous lui sera profitable. De même, comme évoqué il faudra poursuivre les entraînements ou sorties. Continuer une activité sera importante pour lui, pour sa musculature et sa santé, comme pour son moral.

Si sa santé le lui permet, n’hésitez pas ainsi à monter encore régulièrement votre vieux cheval pour de courtes sorties.

Pour les propriétaires qui n’ont pas les moyens d’entretenir un vieux cheval chez soi ou en centre équestre, il existe des œuvres de charité à qui il est possible de confier son cheval.

Comment faire durer la santé de mon cheval ?

S’il n’est pas possible d’empêcher le vieillissement du cheval, il est possible et même souhaitable qu’il vieillisse en bonne santé et dans de bonnes conditions.

Comme toujours lorsque l’on parle de santé, la prévention sera la priorité. Bien s’occuper du cheval et lui apporter tous les soins nécessaires lui permettront de vieillir avec la santé et de prolonger son espérance de vie.

En premier lieu, il va être important de retarder l’atrophie musculaire, qui comme nous l’avons vu est vite handicapante pour le cheval. Ainsi, il va falloir continuer les entraînements et les sorties, en les adaptant aux capacités du cheval bien sûr. Cela va permettre d’entretenir les capacités physiques du cheval et de lui faire conserver la santé.

Il sera très important d’également adapter l’alimentation du cheval à son âge. En effet, le fourrage ne devra pas être trop riche en fibre et sans poussière. Une alimentation trop riche en fibre, en paille, en luzerne ou en pommes est à éviter en raison des troubles digestifs qu’ils engendrent. Favorisez ainsi l’ensilage mi-fané, le bon foin, les graines de lin et le son de blé. Ce sont des aliments riches et adaptés à un vieux cheval.

Comme la pâture ou le foin peuvent être insuffisamment riches et équilibrés, il sera parfois pertinent d’enrichir son alimentation de compléments alimentaires. Ainsi, en complément, il faudra lui apporter des minéraux et vitamines, par le biais éventuellement d’aliments spéciaux pour chevaux âgés.

Des aliments complets sont également disponibles chez les fournisseurs. Ces aliments sont adaptés aux besoins nutritionnels des vieux chevaux, qui ont souvent besoin d’un apport énergétique réduit mais de plus de minéraux.

S’il n’arrive plus à mastiquer correctement en raison d’une dégradation de sa dentition, vous pouvez le nourrir de céréales en mash (préparé maison ou acheté) servi tiède. Cela permettra de l’hydrater dans le même temps. Il faudra d’ailleurs surveiller son hydratation, puisque les vieux chevaux ressentent moins la soif, un peu comme les personnes âgées.

Enfin prenez garde à éviter au maximum le sucre et l’amidon, qui a son âge auraient des effets négatifs pour son métabolisme.

La nourriture doit être adaptée progressivement, pour ne pas perturber ses habitudes alimentaires et son système digestif. N’hésitez pas à demander l’avis de votre vétérinaire.

Concernant les problèmes de santé, inévitables en vieillissant, ne les laissez pas traîner. Si votre cheval a besoin d’un soin vétérinaire il sera très important de le prendre en charge au plus vite. Un problème de santé chez votre senior peut avoir de tristes conséquences s’il ne sont pas traités. Vous pouvez aussi user de soins naturels avec l’avis de votre vétérinaire.

Poursuivre les vaccinations et la maréchalerie sont également très importants pour maintenir la bonne santé de votre cheval. De plus, régulièrement surveiller sa dentition et apporter les soins éventuellement nécessaires est très importants. Une perte ou une dégradation de la dentition du cheval nuira très fortement à son alimentation. Il est très connu qu’un vieux cheval a tendance à perdre ses dents, c’est pourquoi il est recommandé de consulter un dentiste équin annuellement.

Prenez soin de votre cheval pour qu’il vive longtemps !

Vous savez maintenant tout ce qu’il faut savoir sur la durée de vie des chevaux !
Pour aller plus loin, vous pouvez consulter les bienfaits de la Cape Capsular pour les vieux chevaux. 
Vous pouvez aussi lire notre autre article sur l’arthrose chez le cheval.